Présentation


Dans l'un des rares ouvrages qui se proposent une analyse objective du « développement personnel », l'auteur, Michel Lacroix, écrit ceci :


« En dépit d'une abondante littératute issue de l'intérieur du mouvement, il n'existe pas d'ouvrage de synthèse conçu avec un recul critique. Il y a quantité de livres de développement personnel, mais pas de livre sur le développement personnel. Le monde intellectuel ne lui a guère accordé d'attention jusqu'à présent ; il s'en détournerait plutôt avec ironie, sinon avec horreur, croyant n'avoir affaire qu'à une mode passagère d'origine américaine » (Michel lacroix, Le développement personnel. Du potentiel humain à la pensée positive, Flammarion, 2004)


Ce troisième et dernier volet du cours s'efforcera précisément d'engager l'analyse critique qui fait trop défaut. La fonction élucidatrice de la philosophie dans le champ de la formation et de l'éducation, sa fonction critique et sa vigilance axiologique et épistémologique sont ici d'autant plus nécessaires que les thèmes et les pratiques du développement personnel connaissent un grand écho dans le champ de la formation, et que le champ de l'éducation scolaire lui-même, au moins dans ses marges et ses « bonnes volontés » innovantes, n'y est pas indifférent.


Nous le ferons en « prenant au sérieux » ce que la vogue du développement personnel recouvre. Les deux premiers volets du cours, et particulièrement le second, se sont attachés à saisir les contextes et les problématiques sociales, culturelles, éducatives, philosophiques dans lesquels nous pensons nécessaire de l'étudier. Rappelons que notre démarche consiste à examiner le développement personnel dans ses liens avec la problématique centrale de l'individualisme démocratique, de ses aspirations et de ses enjeux. Nous regardons le développement personnel comme une manifestation de la « quête d'identité » caractéristique de notre monde, de l'entreprise de réalisation de soi-même, d'accomplissement de soi. C'est pourquoi les analyses de Charles Taylor sont précieuses.


Sur la base des éléments philosophiques proposés dans les deux premiers volets du cours, nous allons donc à présent examiner de plus près quelques conceptions, pratiques ou thématiques caractéristiques du développement personnel.


Le travail personnel et collectif (dans le cadre du cours) demandé aux étudiants dans cette partie est donc principalement le suivant : 1) choisir quelques pratiques de développement personnel, afin d'en étudier les modalités pratiques et les assises « théoriques » et 2) procéder à leur mise en perspective, les interroger du point de vue de la problématique de l'individualisme. Des pistes d'analyse ont été régulièrement esquissées dans le cours ; on pourra le relire dans cette perspective pour les mobiliser. C'est d'ailleurs une bonne façon de « s'approprier le cours ».


Au cours des trois ou quatre séances à venir, le cours aura donc l'organisation suivante : a) présentation raisonnée d'une pratique de développement personnel (ses fins et ses moyens) ou d'une problématique de développement personnel ; b) analyse critique c) interprétation signification. Ce travail se fera plus particulièrement dans le cadre de quelques exposés d'étudiants.


Pour guider cette réflexion, trois questions peuvent être formulées :


1) La question des « motivations » et des « raisons » : pourquoi se tourne-t-on vers telle et telle pratique de développement personnel ? Que promettent-elles et qu'y « cherche »-t-on ?


2) Quelles anthropologies (quelles conceptions de l'homme et de l'individu), quelles psychologies, quelles conceptions sociales, quelles philosophies et visions du monde, explicites ou implicites, animent ces pratiques ?


3) Enfin et surtout : que signifient-elles, quelles en sont les fonctions, les significations ?